Actions

Projet pédagogique

De erg

Révision datée du 10 mai 2022 à 14:04 par Sammy (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Depuis sa création en 1972, l’erg se définit comme une école de recherche où l’activation des modes et espaces de production conduit l’étudiant-e à apprendre en faisant. L’articulation des cours est une zone de convergence suscitant l’inattendu, l’échange, le collectif, la forme hybride, contribuant ainsi à former des artistes- citoyen-nes en relation au monde, bien au-delà de la période de formation. Il ne s’agit pas, ici, d’apporter des certitudes, mais de créer les conditions d’une expérimentation maximale favorisant le positionnement de l’étudiant-e face à son médium, tout en le déconstruisant pour mieux s’en emparer. Et pour le déconstruire il faut le prendre en main.

À l’erg, l’accent est mis avant tout sur le projet de l’étudiant·e et l’apprentissage de méthodes capables de répondre à des défis multiples et mutants. Les étudiant·e·s sont encouragé·e·s à se forger une personnalité, à prendre position, à inventer en dehors de schémas préétablis. Des expérimentations sont entamées dès les premiers cours de Bac 1 et se développent progressivement en recherches personnelles jusqu’au jury artistique.

Outils techniques

Les espaces de production, d’action se diversifient. Les premières années sont le moment de l’expérimentation maximale de ces lieux. Expérimenter ce qu’est un atelier : un ordinateur, une table, une scène, une cuisine. Non seulement les cours sont des ateliers multidisciplinaires, mais aussi les lieux de l’école même peuvent le devenir aussi : auditoire, salles de cours spécifiques, cafétéria, lieux d’exposition. La réalisation plastique d’idées, de projets, de commandes d’autrui, d’actes de communication est un processus qui arrive, qui opère dans sa réalisation même, il faut passer par là : imaginer, faire, voir, dire. Il faudra accompagner le risque des étudiants et des étudiantes à explorer les zones situées hors des manuels de toute sorte. Afin de pouvoir se poser la question des conditions de production, il s’agit d’ouvrir et de comprendre les outils qu’ils et elles ont dans les mains : softwares, pigments, typographies, films, voix. La forme est-elle déterminée par l’Histoire, les compagnies d’informatique, par les limites techniques, par les moyens économiques, par le lieu de travail ?

Outils critiques, théoriques

Il faut aussi se poser la question des conditions critiques de production, d’existence du projet : avec quels outils d’analyse regardons-nous ? Quelles sont les sources de ces outils ? Qui parle ? À qui ? Dans quel système économique, politique et social ? Dans quelle Histoire ? Il s’agira de soutenir tout au long du cursus une résistance, une désobéissance épistémologique aux normes et codes de l’histoire. Une pratique artistique articulée sur la possibilité d’une pensée critique situe ses références, ses objets dans un contexte géopolitique. Aucune pratique n’est indépendante de ses lieux, de sa forme donc de sa technique, de son époque, de ses liens avec d’autres artistes, arts et situations.

Outils collectifs

Une attention particulière est portée à ces productions qui peuvent exister selon différents formats parallèlement : performance, vidéo, conférence, publication, graphisme. Ces formes se pratiquent collectivement, en apprenant et en interrogeant l’autre. Les conditions de travail posent la question du travail en groupe. Un groupe nécessaire à l’expérimentation. Et donc, poser ce travail en collectif au centre aussi de l’équipe enseignante et administrative. Et ainsi s’interroger sur comment se développe le travail de l’école, comment travaillent les artistes, les aut.eur.trice.s, les scientifiques. Leur demander d’observer les types de relations qui s’établissent, les protocoles qui se posent et quelle hospitalité est proposée.

Ces priorités éducatives sont travaillées avec l’équipe d’enseignant.e.s de l’erg conjointement à un programme d’invitations de personnalités issues des champs artistique, scientifique et des sciences humaines, dont la présence au sein de l’école prend la forme de workshops, de séminaires et d’interventions publiques.

L’erg est le lieu des pratiques artistiques, plastiques, graphiques qui entrent dans les zones à risque théoriques et formelles. Un lieu et des pédagogies à définir et redéfinir collectivement. C’est un lieu où l’on peut apprendre de ce qui ne marche pas. Un lieu de recherche donc.