Actions

Physical Poetics - 3

De erg

Actualités
Publiée 2019/01/31
Pp3.jpg

Physical Poetics #3



Chers amis, Dear friends,


Nous nous réjouissons de vous inviter à Physical Poetics #3, une soirée expériences proposée par Alexander Schellow et Elke de Rijcke, soutenue par l’erg

We are happy to invite you at Physical Poetics #3, an experience evening proposed by Alexander Schellow and Elke de Rijcke, supported by the erg.


zombie states

Wednesday February 6th 2019


David Weber-Krebs, The Guardians of Sleep

David Weber-Krebs

Le corps est vulnérable quand il dort. Une sensation de sécurité et de paix nous aide chaque nuit à nous retirer du monde. Dans le passé, on considérait que le Monarque avait le devoir de protéger ses sujets dormants des dangers nocturnes. Aujourd’hui, il y a d’autres formes de protection sociale. Mais que se passe-t-il si celles-ci soudainement se délabrent ? Avec The Guardians of Sleep, David Weber-Krebs crée un microcosme frémissant et intense à l’intérieur des coordonnées spatiales et temporelles du théâtre. Six performeurs dévoilent plusieurs niveaux d’intimité. Des rapports ambivalents entre lumière et obscurité, activité et passivité, regarder et être regardé vibrent les uns avec et contre les autres. Jusqu’où va le sentiment de responsabilité envers quelqu’un qu’on ne connaît pas ? Quand est-ce que l’activité de regarder une personne passe à la surveillance de celle-ci ? Quand est-ce le fait de prendre soin d’une personne change en rapport de force ? Un regard demeure souvent à la surface des choses. On peut seulement deviner ce qui se passe dans la tête de quelqu’un qu’on observe dormir. _________________________________________

Léonard Dufois Electric noise, autour du corps électronique (NO DANGER)

Dufois.jpg

L’intervention consiste à réaliser une installation qui relie un courant électronique émis par une machine à une série de tuyaux en acier, ce qui sera perceptible et amplifié à l’aide de plusieurs micros contacts et autres modules. Nous tenterons d’évoquer le corps et les impulsions organiques qui régissent notre fonctionnement dans une pièce sonore et percussive jouée sur ce dispositif. Ce projet est de l’ordre de la musique bruitiste, crée une corrélation entre l’objet industriel et l’être humain. Léonard Dufois est un jeune musicien étudiant le graphisme à l’erg. Batteur de formation, il ne cesse de questionner les corrélations possibles entre ces différents domaines. Il s’intéresse à la technique du son, et tout particulièrement à l’enregistrement, la spatialisation et les musiques électroniques en essayant de ré affilier cette pratique dans des dispositifs d’installation et d’immersion. Il monte actuellement un label de musique électronique avec deux amis, Maison bleue records, dans lequel il produit sous le nom de GOLF AZUR, ce qui lui permet de penser la médiation, la communication et l’éditorial dans le domaine musical.


Nicolas Prignot, Sentir les ondes, prouver une maladie : autour de l’électrosensibilité.

Nicolas Prignot

Depuis plusieurs années, les ondes électromagnétiques ont envahi nos quotidiens sous des formes nouvelles, puisqu’elles nous servent désormais à communiquer à l’aide de téléphones portables. L’infrastructure que ceux-ci requièrent a connu de multiples oppositions, des collectifs de défense du paysage à ceux qui craignent que les ondes ne deviennent responsables de cancers. Les messages des autorités et des opérateurs se veulent pourtant rassurants : aux niveaux de puissance utilisés, il serait impossible que ces ondes interagissent avec les corps humains et les rendent malades. Pourtant, si l’épidémie de cancers du cerveau ne semble pas se déclarer avec une ampleur massive, certains souffrent des ondes aujourd’hui même, ce sont les électrosensibles, les malades des ondes. Leur souffrance n’est pas contestée, mais l’origine de celle-ci l’est bien : certains prétendent qu’il ne serait pas possible de prouver un lien entre cette maladie et les ondes. La maladie fait l’objet d’une polémique dont l’enjeu est bien celui de la dangerosité des ondes en général pour la population. Dans cette intervention, nous reviendrons sur les tests que subissent les électrosensibles et les logiques scientifiques qui les sous-tendent, et sur cette exigence de "preuve" de la maladie. Nous montrerons que certains choix méthodologiques qui définissent l’électrosensibilité sont tributaires d’une histoire qui mérite d’être réinterrogée, car ils ne correspondent peut-être pas à la définition d’une « maladie ». Nicolas Prignot travaille sur les rapports entre maladies et environnement, et les problématiques de santé dont les origines, les définitions ou les traitements sont contestés. Il s’intéresse aux résonances entre les milieux et les maladies, et les manières dont ils entrent en rapport. Son travail de thèse de philosophie portait sur les malades des ondes électromagnétiques, les électrosensibles, faisant de cette situation dramatique un problème écologique qui demande une ré-articulation et une redéfinition de ce que sont maladies, nature, et monde social. Nicolas Prignot enseigne à l’ERG et à Saint-Luc, et est chercheur au sein du Groupe d’études constructivistes (GECo) de l’Université Libre de Bruxelles. Il a récemment publié « Terres des villes, Enquêtes potagères de Bruxelles aux premières saisons du 21e siècle » portant sur les pratiques potagères à Bruxelles. Il est docteur en philosophie, mais également diplômé de SciencesPo Paris, du master SPEAP, ainsi que physicien.


Gosie Vervloessem Le Jardin d’horreur

Gosie Vervloessem

Le Jardin d’horreur est un workshop de recherche qui étudie le rapport entre l’être humain et les plantes. Ce workshop soulève une série de questions importantes. Que peut-on apprendre sur soi-même si on considère les plantes comme un “autre significatif”, et à quelles formes d’horreur cela peut-il conduire ? Que se passe-t-il lorsque les plantes percent à travers les murs de nos séjours? Gosie va à la recherche d’une réponse à ces questions, en consultant un nombre de films d’horreur où les plantes forment les protagonistes. C’est l’idée de colonisation qui traverse le workshop : colonisation de territoire par les humains et les plantes, colonisation d’organismes, de corps, d’esprits… Selon Vervloessem, il existe trois lieux où le rapport humain-végétal atteint un climax, là précisément où cette relation prend une forme sombre : la réserve naturelle, la plantation et le jardin botanique, des lieux qui ont un lien direct à un passé colonial. Des lieux où la relation entre humains et plantes semble devoir être clairement définie. C’est ce qui paraît, du moins. Mais en est-il bien ainsi ? Pour Physical Poetics #3, Gosie focalisera sur le jardin botanique à l’aide de quelques plantes qui défient notre mémoire, et questionnent ainsi la possibilité d’une archive. Des plantes qui nous font rêver, tomber en pâmoison et oublier. Attention ; ça risque de devenir bien crasseux. Gosie Vervloessem a fait des études en sciences sociales et en film expérimental. En tant qu’artiste performeuse, elle expérimente avec les lois de la physique à utilisation domestique. Dans son travail, elle observe des phénomènes naturels et les questionne. Tout semble logique, mais quelle est la logique qui s’y cache ? En 2014, le focus de l’œuvre de Vervloessem s’est déplacé vers la question de la nourriture, la digestion et l’indigestion. Ceci a résulté en un nombre de lecture-performances, de labos ouverts et d’un magazine online, sur les processus lents, les amis et les ennemis invisibles, ainsi que sur la question d’hygiène et de contrôle dans la cuisine. L’interrogation sur la façon dont on se rapporte à un monde inclassifiable et chaotique, non hygiénique et sale, est devenue la problématique principale de son oeuvre. Récemment, Vervloessem a approfondi l’idée de la cuisine comme un sanctuaire et un terrain de jeu pour des hôtes non-invités. Dans sa recherche actuelle, elle invite des espèces invasives dans un environnement domestique. Elle s’y pose les questions suivantes : quelles sont les valeurs qui sous-tendent les écologies d’invasion, et comment celles-là peuvent-elles être appliquées ou abandonnées dans une recette de gâteau aux pommes ?

www.recipesfordisaster.be

https://www.wpzimmer.be/default.asp?path=bbl03pjt


Programmation : Elke de Rijcke et Alexander Schellow

Artistes : Léonard Dufois, Nicolas Prignot, Gosie Vervloessem, David Weber-Krebs

Coordination technique : Hélène Bernard et Frédéric Dupont