Actions

Les congés de la poésie III : Différence entre versions

De erg

Ligne 8 : Ligne 8 :
 
'''POÉSIE DE LA VOIX, VOIX DE LA POÉSIE'''
 
'''POÉSIE DE LA VOIX, VOIX DE LA POÉSIE'''
  
 +
- dans le cadre du cours d'[[Installation/Performance (MA)]] -
  
 
Ce workshop se propose d’interroger la relation, immense et complexe, entre poésie et voix en dehors des sentiers battus : le lien profond qui subsiste entre la poésie et la voix se réduit-il à l’« oralité » de la poésie dite « sonore » ou des slams, ou encore à une prétendue « musicalité » du vers ? N’y a-t-il pas d’autres façons d’aborder la question, en ouvrant le champ de la voix du poétique aux pratiques artistiques actuelles ? Et, d’autre part, qu’en est-il d’une voix, ou plutôt de plusieurs voix « non sonores » et « non performatives », qui se manifestent de façon multiple et silencieuse, ou bien « polyphonique » – selon l’expression de Michail Bakhtine – à l’intérieur du texte ? Comment la voix peut-elle nous permettre de multiplier et de stratifier la subjectivité à l’intérieur du texte poétique ? Et encore : la poésie chante ou parle ? Et quelles sont les différences entre poésie et chanson, mais aussi entre poésie et prose, s’il y en a, sous l’égide de la voix ? Le workshop proposera des visions théoriques et historiques mais aussi et surtout des pistes de réalisation pratique, en invitant les étudiant-e-s à explorer des possibilités insolites et novatrices d’élaboration sonore et spatiale, numérique et non, de la voix et du texte.
 
Ce workshop se propose d’interroger la relation, immense et complexe, entre poésie et voix en dehors des sentiers battus : le lien profond qui subsiste entre la poésie et la voix se réduit-il à l’« oralité » de la poésie dite « sonore » ou des slams, ou encore à une prétendue « musicalité » du vers ? N’y a-t-il pas d’autres façons d’aborder la question, en ouvrant le champ de la voix du poétique aux pratiques artistiques actuelles ? Et, d’autre part, qu’en est-il d’une voix, ou plutôt de plusieurs voix « non sonores » et « non performatives », qui se manifestent de façon multiple et silencieuse, ou bien « polyphonique » – selon l’expression de Michail Bakhtine – à l’intérieur du texte ? Comment la voix peut-elle nous permettre de multiplier et de stratifier la subjectivité à l’intérieur du texte poétique ? Et encore : la poésie chante ou parle ? Et quelles sont les différences entre poésie et chanson, mais aussi entre poésie et prose, s’il y en a, sous l’égide de la voix ? Le workshop proposera des visions théoriques et historiques mais aussi et surtout des pistes de réalisation pratique, en invitant les étudiant-e-s à explorer des possibilités insolites et novatrices d’élaboration sonore et spatiale, numérique et non, de la voix et du texte.
Ligne 27 : Ligne 28 :
  
 
Dans le cadre des Congés de la poésie III – Poésie de la voix, voix de la poésie
 
Dans le cadre des Congés de la poésie III – Poésie de la voix, voix de la poésie
(Joëlle Tuerlinckx, Christoph Fink, Laurent Dupont, Alessandro De Francesco)
+
([[Joëlle Tuerlinckx]], Christoph Fink, Laurent Dupont, Alessandro De Francesco)
  
  

Version du 10 janvier 2020 à 15:30

Actualités
Publiée 2020/01/10
Graffiti trouvé (c) JoëlleTuerlinckx2020.jpg

LES CONGÉS DE LA POÉSIE III

ERG – JANVIER 2020

POÉSIE DE LA VOIX, VOIX DE LA POÉSIE

- dans le cadre du cours d'Installation/Performance (MA) -

Ce workshop se propose d’interroger la relation, immense et complexe, entre poésie et voix en dehors des sentiers battus : le lien profond qui subsiste entre la poésie et la voix se réduit-il à l’« oralité » de la poésie dite « sonore » ou des slams, ou encore à une prétendue « musicalité » du vers ? N’y a-t-il pas d’autres façons d’aborder la question, en ouvrant le champ de la voix du poétique aux pratiques artistiques actuelles ? Et, d’autre part, qu’en est-il d’une voix, ou plutôt de plusieurs voix « non sonores » et « non performatives », qui se manifestent de façon multiple et silencieuse, ou bien « polyphonique » – selon l’expression de Michail Bakhtine – à l’intérieur du texte ? Comment la voix peut-elle nous permettre de multiplier et de stratifier la subjectivité à l’intérieur du texte poétique ? Et encore : la poésie chante ou parle ? Et quelles sont les différences entre poésie et chanson, mais aussi entre poésie et prose, s’il y en a, sous l’égide de la voix ? Le workshop proposera des visions théoriques et historiques mais aussi et surtout des pistes de réalisation pratique, en invitant les étudiant-e-s à explorer des possibilités insolites et novatrices d’élaboration sonore et spatiale, numérique et non, de la voix et du texte.

°°°

Alessandro De Francesco est artiste et poète. Il est aussi docteur en Théorie littéraire de l’Université Paris-Sorbonne. Son travail de performance et d’installation, qu’il nomme « environnements de lecture » et qui est focalisé sur des lectures collectives chorégraphiées de sa propre poésie et sur l’élaboration numérique de la voix, a été présenté entre autres à la Fondation Louis Vuitton, au Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg, au programme BeHave (Luxembourg), à la Kunsthalle de Bâle, au ADAM à Bruxelles, à la Biennale Gherdeina (Italie), etc. Il prépare actuellement des performances et une exposition au Kunstmuseum de Bâle. Il a publié une dizaine de livres, dont : Remote Vision. Poetry 1999-2015 (Punctum Books, 2016), Trois engins poétiques (MIX & Le Fonds Belval, 2016), Continuum. Écrits sur la poésie comme pratique artistique (Uitgeverij), Augmented Writing (La Camera Verde, 2013), Redéfinition (MIX, 2010). Il a enseigné à l'École normale supérieure, à la Sorbonne, à l'European Graduate School et dans plusieurs autres universités et écoles d'art. Il est actuellement professeur invité à la Haute école des arts de Berne et à l’Académie d’Art & Design de Bâle, Suisse.

www.alessandrodefrancesco.net


suivi de :

une question de voix

Conversation entre Elke de Rijcke et Alessandro de Francesco,

mercredi 29 janvier

Dans le cadre des Congés de la poésie III – Poésie de la voix, voix de la poésie (Joëlle Tuerlinckx, Christoph Fink, Laurent Dupont, Alessandro De Francesco)


Intéressée par les multiples façons de déploiement et d’articulation de la voix dans l’espace poétique, Elke de Rijcke propose de s’engager avec Alessandro De Francesco dans un moment d’exploration de l’imaginaire qui peut précéder à l’écriture de la voix. Dans quel environnement spatial la voix peut-elle naître ? De quelle façon peut-on explorer un contexte plastique en termes de voix ? Et comment les éléments générés par l’imagination créatrice devant l’image peuvent-ils être transférés vers l’écrit, ou bien questionnés dans et par le langage poétique ? C’est sur ces aspects qu’Elke de Rijcke se focalisera à partir d’un détail de L’Annonciation de Léonardo da Vinci, pour aborder des questions qui touchent à la voix sonore et non sonore, ainsi qu’aux différents registres émotionnels, pragmatiques et gestuels de la voix, en dialogue avec Alessandro De Francesco et avec les thèmes abordés par son workshop à l’ERG sur les relations entre poésie et voix. La conversation avec Alessandro De Francesco prendra en outre, comme point d’ancrage supplémentaire ̶ matière sous la main ̶ des extraits de texte de leurs oeuvres.




bio-biblio

Elke de Rijcke (Gand, 1965) est écrivain et traductrice de poésie. Ses recherches poétiques entrent en dialogue avec les arts visuels, les arts de la scène, les sciences (l’(astro)physique, la botanique, la médecine), la musique, et explorent les déploiements possibles du journal poétique. Elle est par ailleurs docteur en sciences de la littérature et enseigne les arts et la littérature aux ESA Saint-Luc et à l’erg (Bruxelles). Elle anime aussi la plateforme d’arts interdisciplinaires Physical Poetics et fait partie du Brussels Poetry Collective. Ses publications récentes en matière de poésie sont : juin sur avril - juni over april (ch 1), édition bibliophile bilingue, druksel, Gand, 2017 ; Quarantaine, Tarabuste, 2014 ; Västerås. DARK PASSAGE. Journal d’une désémancipation, Le Cormier, 2012 // Essai : L’Expérience poétique dans l’oeuvre d’André du Bouchet. Coll. Essais, La Lettre volée, 2013 // Traduction : Kees Ouwens, Du perdant & de la source lumineuse, trad. du néerl., La Lettre volée, 2016. Son nouveau livre juin sur avril (version intégrale) paraîtra en juin 2020.

http://elkederijcke.be/