Actions

Gravure Métal

De erg

Révision datée du 17 septembre 2019 à 13:04 par Sammy (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Enseignante : Anne Valkenborgh

Le stage gravure/métal s’inscrit dans un processus de création pluridisciplinaire, où des techniques de gravure mettent en questionnement la pratique de l’étudiant·e. L’objectif principal de l’option gravure est de développer un travail à partir d’idées, d’un concept personnel et d’entrer dans une démarche créative alimentée par ce que peut apporter les techniques de la gravure. Ce travail peut être en relation ou non avec ses autres unités d’apprentissage.

Les traces de ce travail de création se feront grâce à une ou deux techniques de gravure et d’autres si le besoin s’en ressent. Le choix de techniques dépend donc de la démarche de l’étudiant·e et peut l’amener à de nouvelles idées de réalisations. La réalisation et le concept doivent donc évoluer conjointement. Ce travail ne sera pas une finalité en soit mais bien une recherche très poussée, en fonction d’une préoccupation personnelle et pertinente, ouverte à son avenir artistique. L’étudiant·e doit envisager une manière de faire passer son travail à un public sous une forme qui lui est propre tel le livre, l’exposition, l’installation…

Chaque technique amène des outils d’analyse de l’image. En effet, les techniques sur métal permettent une très grande souplesse de transformation de l’image tout en gardant l’état précédant. L’étudiant·e peut donc comparer l’image antérieure à celle qu’il·elle aura obtenu après analyses et modifications. L’étudiant·e peut analyser des problématiques différentes en fonction de la technique choisie. Par exemple, la pointe sèche et l’eau forte sont des techniques du trait. Ces traits ont des qualités différentes, nets et fluides pour l’eau forte (idéal pour un travail d’écriture rapide) et flou, sensible pour la pointe sèche. Ces traits diffèrent également suivant leurs rythmes d’exécution, leurs profondeurs, leurs épaisseurs. L’élève devra donc opérer un choix en fonction de ce qu’il veut traduire. L’aquatinte et la manière noire sont des techniques de surfaces qui permettent de jouer sur les nuances de gris et donc sur la lumière, sur les matières… L’étudiant·e devra acquérir des références artistiques, en observant des travaux gravés ou non d’autres artistes confirmés, anciens ou actuel, dans des livres ou à partir d’originaux. Il est également important que l’étudiant·e comprenne les liens entre les nouvelles techniques d’impressions avec leurs problématiques propres et les techniques plus anciennes qui, en fin de compte, sont à leurs origines.

Méthodes d’enseignement et bibliographie :

L’étudiant·e développe un travail personnel. Ses idées évolueront grâce à des recherches graphiques, techniques, de documents divers issus de domaines artistiques aussi variés que la littérature, la musique, la danse…issus du monde actuel tel les journaux, les revues, la prise de conscience d’un monde qui a de multiples histoires de vie, de politique et de société, de notre environnement… Manuel et guide pratique de l’atelier de gravure en taille douce (ESA Saint Luc / l’ERG- Bruxelles), Anne Valkenborgh ; catalogues d’exposition ; monographies d’artistes graveurs anciens et contemporains ( Rembrandt, Piranèse, Goya… Chillida, ; Kiki Smith,…).bandes dessinées, revue, catalogues de concours de gravures, gravures originales…